Stratégie mobilité

1.35 million

de déplacements quotidiens en lien avec l'agglomération Lausanne-Morges.

La stratégie mobilité du PALM permet de fluidifier les déplacements dans l’agglomération et d’améliorer son accessibilité depuis l’ensemble du canton, tout en préservant la qualité de vie des habitants. Elle est construite autour d’une vision multimodale et durable : elle concerne tous les modes de déplacement (transports publics, transport individuel motorisé, vélo, marche), s’appuie sur leur complémentarité à toutes les échelles du territoire et favorise le bon mode pour le bon déplacement.

1.35 million

de déplacements quotidiens en lien avec l'agglomération Lausanne-Morges.

Stratégie mobilité multimodale

Carte

Décembre 2016

La stratégie de mobilité vise une maîtrise du trafic automobile et l’utilisation prépondérante des transports publics et de la mobilité douce à l'intérieur du périmètre compact.

Elle s’appuie sur deux logiques complémentaires :

  • un report modal significatif de la voiture vers les transports publics et la mobilité douce 
  • un renforcement du rôle de l’autoroute pour canaliser le trafic automobile et protéger les quartiers.

Les transports publics, principaux leviers d'une mobilité durable

Les transports publics permettent de déplacer rapidement un grand nombre de personnes dans un espace contraint, limité et précieux, en préservant l’environnement et en minimisant les nuisances. C’est pourquoi leur développement, pour renforcer l’offre et la qualité de desserte, constitue un enjeu majeur du PALM.

Le développement d’un réseau de transports publics performant et attractif constitue une priorité du PALM pour orienter les comportements vers une mobilité durable. En valorisant les synergies entre les différentes échelles, la desserte de l’agglomération est fortement améliorée, dans le prolongement des efforts des dernières décennies qui se sont déjà traduits par des améliorations importantes de l’offre des métros, du LEB et du RER Vaud.

1
Le réseau ferroviaire pour renforcer les liens avec le canton

Le réseau ferroviaire garantit des liaisons efficaces depuis et vers l’agglomération, en s’appuyant sur l’offre «grandes lignes» des CFF, sur le RER Vaud et sur les lignes régionales LEB et MBC. Le RER répond également à certains besoins de déplacements internes à l’agglomération, grâce aux nombreuses gares qui s’y trouvent, à des temps de trajet particulièrement efficaces et à des cadences élevées.

L’offre ferroviaire est complétée par un réseau d’axes forts de transports publics urbains, composé des métros m1, m2 et futur m3, de la ligne de tramway entre Lausanne-Flon et Croix-Péage, et de trois lignes de bus à haut niveau de service (BHNS). Ces lignes à grande capacité, connectées entre elles et reliées à l’ensemble du canton via les gares de Lausanne, Renens, Pully, Prilly-Malley et Bussigny, seront réalisées par étapes d’ici 2030. Elles faciliteront l’accès aux pôles d’emplois, aux quartiers et aux loisirs.

Sur l’armature principale des axes forts (métros, tram, BHNS) se greffe un réseau de bus et trolleybus urbains dense, hiérarchisé et cadencé, offrant une desserte fine du périmètre compact. La desserte s’étoffe et certaines lignes jouent également un rôle structurant, assumant notamment des fonctions de rabattement sur des centralités ou des interfaces de transports publics.

Les principaux nœuds de transports publics sont améliorés et développés pour faciliter les transbordements et connecter les différentes échelles du territoire, notamment en s’appuyant sur la stratégie cantonale des interfaces. En complément, aux limites du périmètre compact, les lignes de bus régionales se rabattent sur des pôles d’échanges périphériques, et des liaisons additionnelles complètent le maillage du réseau de transports publics sans passer par le centre de l’agglomération, optimisant les temps de parcours.

La mobilité douce, rapide et performante en milieu urbain

Au sein du périmètre compact, l’organisation de l’espace urbain s’articule autour d’un réseau dense de centralités favorable aux déplacements effectués à pied ou à vélo. Ainsi, le potentiel et les atouts de la mobilité douce sont réels, et elle exerce un rôle central dans la stratégie de mobilité du PALM.

Pour des déplacements de courte et moyenne distance en milieu urbain, la mobilité douce constitue un moyen de transport rapide et performant.

 

Pour des déplacements sur des distances plus longues ou impliquant de forts dénivelés, la mobilité douce est très efficace lorsqu’elle est combinée avec les transports publics ou lorsqu’elle bénéficie d’une assistance électrique: ascenseurs, vélos à assistance électrique.

1
La revalorisation de la marche à pied

Moyen de déplacement universel, ancré au cœur des pratiques quotidiennes de déplacement, la marche est liée à l’histoire et au développement des villes. En construisant des passerelles, passages inférieurs, rampes ou ascenseurs, on assure la continuité des itinéraires et on réduit les effets de coupures dus aux infrastructures de transport et à la topographie. La sécurité du réseau piétonnier et le développement de parcours, d’aménagements et d’espaces publics de qualité confortent la pratique de la marche.

 

Un réseau d’itinéraires cyclables continus et sécurisés est développé et innerve le périmètre compact. Il relie les centres, les quartiers et les pôles d’activités. L’aménagement complémentaire de franchissements facilite les déplacements et accroît le confort des usagers. L’utilisation combinée du vélo et des transports publics est encouragée par des itinéraires conduisant aux gares, où l’offre en stationnement pour vélos est renforcée. La continuité des réseaux internes et externes à l’agglomération et les synergies avec le réseau «La Suisse à vélo» sont également recherchés.

 

Un réseau routier multimodal

Le PALM vise une transformation progressive de la structure, de l’organisation et du fonctionnement du réseau routier pour maîtriser et fluidifier le trafic. Le rôle de l’autoroute pour canaliser les flux est renforcé.

Il s’agit également de réaménager le réseau routier principal, pour une meilleure intégration urbaine et pour permettre d’y faire circuler efficacement et en toute sécurité les transports publics et la mobilité douce.

 

Les requalifications transforment ces voies de circulation en avenues dont l’arborisation rend plus agréables les déplacements à pied ou à vélo. Les aménagements pour les cyclistes et les piétons permettent une meilleure cohabitation entre les divers modes de déplacement.

1
Une maîtrise du trafic automobile

L’organisation de l’accessibilité routière de l’agglomération repose sur un concept «par poches» ou bassins versants. Chaque poche correspond au périmètre desservi par une jonction autoroutière. Le concept consiste à encourager le trafic automobile à rester le plus longtemps possible sur l’autoroute, grâce à l’augmentation de sa capacité et à la création de nouvelles jonctions. Cela permet de protéger les quartiers situés à l’intérieur du périmètre compact des nuisances et de diminuer le trafic sur le réseau routier local, qui peut alors être réaménagé pour y faire circuler les transports publics et les mobilités douces, de manière fluide, en toute sécurité et avec efficacité.

Une hiérarchie du réseau routier est établie sur l’ensemble du périmètre compact, attribuant une fonction aux différents axes routiers selon cinq niveaux (y compris un niveau pour le réseau autoroutier). La carte C6, consultable ci-dessous, représente la hiérarchie du réseau routier, ainsi que les zones modérées (actuelles et planifiées). Elle illustre une vision future du réseau, cohérente avec le concept d’accessibilité «par poches» et avec les nouvelles infrastructures projetées.

Le réaménagement des axes structurants est indispensable pour atteindre les objectifs de report modal. Il vise à optimiser l’utilisation du réseau routier existant sans recourir à la réalisation de nouvelles infrastructures peu compatibles avec un milieu urbain contraint; il permet aussi une bonne cohabitation entre tous les usagers. En favorisant la mobilité douce, la progression des transports publics et la maîtrise des déplacements individuels motorisés, les réaménagements améliorent l’intégration des axes routiers dans leur environnement bâti et la sécurité pour tous les usagers.

La gestion coordonnée du trafic d’agglomération (GCTA) est un outil stratégique qui reliera entre elles les installations (capteurs, caméras, feux, panneaux d’information, etc.) afin d’optimiser l’utilisation des infrastructures de transport existantes, de fluidifier le trafic routier à l’échelle de l’agglomération et d’offrir la priorité aux transports publics. Grâce aux nouvelles technologies, les personnes en déplacement seront mieux informées des perturbations et dirigées sur des itinéraires prédéfinis et priorisés.

La maîtrise de l’offre en stationnement est un levier d’action majeur pour favoriser le report modal vers les transports publics et la mobilité douce. Pour le stationnement privé des entreprises et commerces, les communes du PALM limitent l’offre aux besoins essentiels. Elles veillent à la mise en œuvre de plans de mobilité d’entreprises encourageant une mobilité durable. La gestion du stationnement public dans le périmètre compact permet de cibler les utilisateurs prioritaires. En complément, le développement des P+R est soutenu, notamment au travers de la stratégie cantonale des interfaces.